Recherche

  Articles contenants :
et
et


  Traitant du sujet :
  
  

Lettre d'information

Télécharger les lettres d'information  
Télécharger toutes les
lettres d'information


Recevoir la lettre d'information
par mail :

* champ obligatoire






captcha


Télécharger Adobe Reader
 


Seniors : Généralités : Données de cadrage/indicateurs

Emploi des seniors : vers une nouvelle stratégie des âges au travail?

> article du 02-07-2014

Une étude publiée en décembre 2013 par le ministère du travail montre qu'entre 2003 et 2012, les taux d'activité des seniors ont augmenté à tous les âges entre 55 et 69 ans. Ainsi, en 2012, 47,9 % des personnes âgées de 55 à 64 ans sont actives en France métropolitaine, 72,5 % entre 55 et 59 ans et 23,1% entre 60 et 64 ans.

Cette même étude souligne, toutefois, que la présence accrue sur le marché du travail des seniors ne signifie pas pour autant que ces derniers sont tous en emploi. Les chiffres indiquent à cet égard qu'en 2012, 44,5 % des 55-64 ans sont en emploi et 3,4 % au chômage. Parmi les chômeurs, 10,1% avaient 55 ans ou plus. Encore plus frappant, de début 2003 à fin 2012, le nombre de chômeurs âgés de 55 ans ou plus a augmenté de 157% (l'impact de la crise se fait ressentir très durement depuis début 2008 +123%), contre 22% pour les chômeurs âgés de moins de 55 ans.

Autre point négatif, lorsqu'ils perdent leur travail, les seniors au chômage éprouvent beaucoup de difficultés à trouver un nouvel emploi. La probabilité de leur retour à l'emploi est deux fois plus faible que pour les autres salariés. Leur faible accès à la formation peut expliquer en partie cette situation.

Conscients de cette problématique, les pouvoirs publics souhaitent mobiliser l'ensemble des acteurs économiques et sociaux pour éviter aux seniors la double peine d'avoir été sévèrement touchés par la crise et risquer d'être les oubliés de la reprise économique. C'est ainsi qu'à l'occasion d'une réunion qui s'est tenue le 23 juin 2014 sur le sujet le ministre du travail M. François REBSAMEN a proposé plusieurs pistes d'action pour "mettre chacun en situation de poursuivre sa carrière professionnelle jusqu'à la retraite". 
 

Mesures annoncées : 

- Imaginer à l'occasion de la conférence sociale les moyens de renforcer l'accès à la formation des plus de 50 ans;

- Améliorer la qualité de vie au travail pour accompagner l'allongement de la vie professionnelle et améliorer la compétitivité de l'entreprise;

- Le plan santé au travail comportera un objectif de maintien dans l'emploi et portera une approche positive du travail à tous les âges;

- Chaque DIRECCTE construira un plan d'action régional pour mobiliser les acteurs autour de la gestion des âges et de l'amélioration de la qualité de vie au travail;

- Sensibiliser les entreprises et les branches aux outils nouvellement créés (compte formation, compte pénibilité) et aux potentialités qu'ils renferment (formation, retraite progressive, conseil en évolution professionnelle);

- L' ANACT se mobilisera auprès des TPE, PME et les entreprises de travail intérimaire pour les aider à se saisir des des outils à leur disposition;

- Construire un contrat de professionnalisation "Nouvelle Carrière" adapté aux salariés ayant de l'expérience;

- Recours au dispositif de "période de mise en situation en milieu professionnel" pour permettre aux demandeurs d'emploi de garder un contact avec les entreprises et d'avoir plus facilement des expériences en milieu de travail;

- Les entreprises sont invitées dans le cadre du Pacte de responsabilité à faire preuve de solidarité et à s'investir dans le retour à l'emploi des demandeurs d'emploi de longue durée. Dans ce sens, le ministre annonce la signature prochaine avec Pôle Emploi et la fondation FACE d'une convention avec notamment un engagement à mobiliser 1500 entreprises pour réaliser 5000 immersions en année pleine;

- Le ministre propose que les contrats aidés du secteur marchand (CIE) soient centrés sur les seniors et les chômeurs de très longue durée; 

- Le ministre propose que Pôle Emploi puisse faire bénéficier 80 000 demandeurs d'emploi longue durée supplémentaires de son dispositif "accompagnement renforcé" (ils sont en moyenne 250 000 à en bénéficier);

- Permettre aux salariés des PME d'accéder à la formation par l'expérimentation d'un dispositif Solidarité Formation PME. Le principe est le suivant : dans les PME un salarié part en formation, un demandeur d'emploi formé le remplace;

- Dans le cadre du Programme Investissements d'avenir, un appel à projets doté d'un fonds de 150 millions d'euros sera prochainement lancé par la Caisse des Dépôts pour soutenir des partenariats territoriaux pour la formation professionnelle et l'emploi.  

Tels seraient les éléments constitutifs de la "stratégie des âges au travail" que le gouvernement souhaite déployer sur le territoire.

 

Source : Ministère du travail


par : Hakim El Fattah


Documents jointsDocuments joints




 

Commentaire sur l'articleRéponse(s) à l'article



 
 
Retour à l'accueil de Dialogue social.fr

Institut du travail - Université Robert Schuman à Strasbourg

Université de Strasbourg