Recherche

  Articles contenants :
et
et


  Traitant du sujet :
  
  

Lettre d'information

Télécharger les lettres d'information  
Télécharger toutes les
lettres d'information


Recevoir la lettre d'information
par mail :

* champ obligatoire






captcha


Télécharger Adobe Reader
 


Les conditions de travail et d’emploi des salariés des services à la personne : DARES analyses août 2018

> article du 26-10-2018

Au mois d’août 2018, la DARES (direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques) a publié une étude relative aux conditions de travail et d’emploi des salariés des services à la personne.

 

Cette étude fournit des éléments chiffrés et des explications qualitatives quant à l’emploi des salariés, qu’ils soient embauchés par un particulier employeur ou par des organismes prestataires de services à la personne.

 

La DARES définit ce secteur d’activités « Selon la nomenclature d’activités française. Il s’agit de l’ensemble des services rendus aux particuliers correspondant aux activités d’hôtellerie et de restauration, aux activités culturelles, récréatives et sportives, mais aussi de tous les autres services personnels ou domestiques ».

 

Les auteurs de l’étude ont identifié trois profils d’emplois parmi les salariés de SAP :

  • « Un premier groupe rassemble des salariés dont l’activité de SAP est la principale activité et ce, de manière régulière (78 %). Peu concernés par le travail en soirée, de nuit ou le week-end, ces salariés effectuent les mêmes horaires d’une semaine à l’autre.
  • Un deuxième groupe rassemble ceux qui cumulent les contraintes de travail (15 %). Ces salariés travaillent habituellement le dimanche (82 %), le samedi (92 %), et peuvent être amenés à intervenir en soirée ou la nuit (respectivement 49 % et 25 %) avec des horaires pouvant varier.
  • Un troisième groupe rassemble ceux dont l’activité de SAP constitue un emploi d’attente ou d’appoint. Il s’agit davantage de personnes qui souhaitent avoir un emploi en plus ou en remplacement de leur emploi actuel ou à venir. Leur activité de SAP constitue un emploi occasionnel pour la quasi-totalité de ces salariés ».

 

Dans cette étude, les auteurs ont pour objectif de fournir des éléments de réponse aux problématiques suivantes :  se pose très vite la question de la professionnalisation et des conditions de travail dans ce secteur d’activité. Dans ce cadre, quel a été l’impact des différents plans pour le développement des services à la personne ? Comment les conditions de travail ont-elles évolué ? La qualification et la professionnalisation des salariés de ce secteur se sont-elles améliorées ?

 

Outre la constatation « d’un effet de substitution du mode direct au mode prestataire, les principaux éléments fournis par cette étude peuvent se décomposer comme suit :

  • Le taux annuel moyen de l’activité et de l’emploi des services à la personne a doublé entre 2005 et 2008. Et compte une légère diminution depuis 2010
  • Le taux de féminisation des emplois est très important, soit 87, 3% de l’ensemble des salariés
  • La moyenne d’âge des femmes est de 46 ans
  • Les salariés des organismes prestataire sont de plus en plus qualifiés
  • La plupart des salariés sont multi-actifs, ayant plusieurs employeurs a fortiori pour les salariés travaillant auprès des particuliers employeurs
  • Les salaires sont en nette progression, « C’est surtout pour les salariés de particuliers employeurs que la progression des salaires est la plus Marquée. Cette hausse est essentiellement due à l’augmentation du salaire horaire, plus forte pour les salariés de particuliers employeurs que pour les autres »
  • Les salariés d’organismes prestataires sont davantage concernés par les horaires de travail atypique
  • Les salariés relatent de nombreux problèmes de santé : ils « sont plus nombreux à déclarer être en mauvaise santé (6,0 %), avoir des problèmes de santé durables (28,6 %) ou être en situation de handicap ou de perte d’autonomie (5,9 %) que les autres salariés (respectivement 3,0 %, 19,9 % et 3,6 %)

 

Vous trouverez ci-après l’étude réalisée par la DARES.

 

 


par : Khalida BENZIDOUN




 
 
Retour à l'accueil de Dialogue social.fr

Institut du travail - Université Robert Schuman à Strasbourg

Université de Strasbourg

LOGO-DIRECCTE.gif