Recherche

  Articles contenants :
et
et


  Traitant du sujet :
  
  

Lettre d'information

Télécharger les lettres d'information  
Télécharger toutes les
lettres d'information


Recevoir la lettre d'information
par mail :

* champ obligatoire






captcha


Télécharger Adobe Reader
 


CE 16 octobre 2017 : octroyer une rémunération différente aux "cadres débutants" ne constitue pas une discrimination en raison de l'âge

> article du 23-11-2017

Cette décision statue sur un avenant à convention collective de la plasturgie, conclu le 1er octobre 2014 qui a fait l’objet d’un arrêté d’extension[1] en date du 26 février 2015.

Cet accord porte sur la réforme de la grille des salaires dans les entreprises. Il prévoit notamment en son article 5.1 que les entreprises peuvent opérer un abattement de 5% pendant une durée de 24 mois le salaire minima mensuel des « cadres débutants », c’est-à-dire ceux qui sont nouvellement diplômés et qui débutent dans la vie professionnelle.

 

La Fédération nationale des industries chimiques CGT introduit alors un recours pour excès de pouvoir[2] à l’encontre de l’arrêté ministériel portant extension de l’accord litigieux. Il s’agit d’obtenir l’annulation de l’arrêté afin de ne pas appliquer l’accord.

En effet, pour la  Fédération, cette différence de traitement au sein de la même catégorie professionnelle constitue une discrimination fondée sur l’âge, prohibée par l'article L 1132-1 du Code du travail, et subsidiairement une violation du principe « à travail égal, salaire égal ».

 

Vous trouverez ci-après une étude de l'arrêt du Conseil d'état ainsi que l'arrêt dans son intégralité



[1] La procédure d’extension d’un accord collectif conclu au niveau national ou d’une convention collective nationale est effectuée par le ministère du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social. L’arrêté d’extension rend alors l’accord ou la convention obligatoire à toutes les entreprises relevant de la branche.

 

[2] « Le recours pour excès de pouvoir est la plus connue des actions qui peuvent être engagées devant la juridiction administrative. Il s’agit d’un recours par lequel le requérant (demandeur) demande au juge de contrôler la légalité d’une décision administrative et d’en prononcer l’annulation s’il y a lieu ».

http://www.vie-publique.fr/decouverte-institutions/institutions/approfondissements/quatre-types-contentieux-administratif.html

 


par : khalida BENZIDOUN




 
 
Retour à l'accueil de Dialogue social.fr

Institut du travail - Université Robert Schuman à Strasbourg

Université de Strasbourg

LOGO-DIRECCTE.gif