Recherche

  Articles contenants :
et
et


  Traitant du sujet :
  
  

Lettre d'information

Télécharger les lettres d'information  
Télécharger toutes les
lettres d'information


Recevoir la lettre d'information
par mail :

* champ obligatoire






captcha


Télécharger Adobe Reader
 


Parcours professionnels et formation : Gestion des emplois et des parcours professionnels : Accords

GDF SUEZ : accord de groupe européen relatif à la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences du 23 février 2010.

> article du 10-03-2010

GDF SUEZ et les organisations syndicales représentant les salariés du Groupe en France et au niveau européen ont signé, le 23 février, un accord portant sur la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences. Cet accord s’inscrit, précise la direction du groupe dans « la continuité de la dynamique sociale engagée depuis la création du groupe et la mise en place du Comité d’Entreprise Européen de GDF SUEZ en mai 2009 ».

 

 

 

Les principes de la GPEC :

 

La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences, indiquent les parties signataires, « est une réflexion stratégique qui s’inscrit dans le développement de l’entreprise ». « Elle comporte une double dimension, collective et individuelle ». « Elle s’appuie sur un état des lieux et des éléments permettant l’anticipation de l’évolution des métiers … ».

Le groupe GDF SUEZ et les organisations syndicales signataires exprime par conséquent leur volonté de :

  •  poursuivre le développement d’une politique proactive de l’emploi s’appuyant sur les évolutions prévisibles des activités,
  •  anticiper les grandes tendances qui structurent l’évolution des besoins des sociétés du groupe,
  •  définir les moyens permettant de satisfaire en permanence l’adéquation des besoins aux ressources humaines disponibles notamment par le biais de la formation et du recrutement,
  •  gérer préventivement les évolutions de la pyramide des âges,
  •  veiller au maintien de l’employabilité des salariés.

Convaincus que « la coopération entre tous les acteurs est essentielle dans la réussite » de la démarche GPEC, les parties signataires font une large place à la concertation qu’est organisée à plusieurs niveaux : européen, national, territorial. A chacun de ces niveaux, il est prévu la mise en place d’un comité GPEC doté de responsabilités spécifiques.

Ainsi, au niveau européen, le comité sera chargé notamment d’anticiper les grandes tendances industrielles, organisationnels et technologiques majeurs du groupe et de veiller à l’évolution du référentiel des métiers. Au niveau national, le comité aura pour fonction, entre autres, de suivre l’évolution des métiers et des compétences et ses effets sur l’emploi par région, d’identifier les passerelles possibles entre les métiers et de d’identifier les pistes de formation liées aux évolutions des métiers.

Pour réussir la démarche GPEC, l’accord prévoit les outils suivants : état des lieux par entreprise et par pays ; analyse projective et information sur les actions menées.

 

 

La GPEC au service de l’employabilité des salariés :

 

Selon les parties signataires, les efforts pour développer l’employabilité des salariés doivent porter sur plusieurs axes : gestion des développements individuels, recrutement, formation, tutorat.
Parmi les pistes d’actions prévues par l’accord :

  •  proposer aux salariés des opportunités de carrière qui favorisent leur développement professionnel,
  •  permettre la reconversion des salariés dans les cas où cela serait nécessaire,
  •  mobilisation des dispositifs existants : bilan de carrière ou de compétences, formation professionnelle, validation des acquis de l’expérience, congé de formation,
  •  dans le cadre des recrutements, les signataires s’engagent sur l’égalité des chances et la lutte contre les discriminations « en veillant à l’équilibre des pyramides des âges, de la répartition par sexe et au transfert des compétences »,
  •  le groupe GDF SUEZ s’engage à développer des dispositifs de tutorat.

Pour renforcer l’évolution professionnelle, un accord pourra être négocié dans chaque filiale « dans le respect des accords préexistants et des réglementations locales ». Cet accord contiendra des dispositions sur les congés pour déménagement, l’indemnité de changement de lieu de résidence, l’aide à la recherche de logement et aux démarches administratives notamment.

S’agissant des travaux pénibles, bien que « la diversité des situations de travail et des critères de pénibilité rend difficile le choix d’indicateurs », l’accord prévoit que les instances de représentation du personnel spécialisées dans le domaine des conditions de travail et de la santé-sécurité pourront faire remonter des propositions auprès du groupe de travail santé-sécurité du CEE. Ce dernier transmettra ses travaux au comité GPEC européen pour discussion et analyse.

Pour les salariés ayant été exposé à des facteurs de pénibilité, des programmes de reconversion, d’anticipation et d’aménagement de postes pourront être mis en œuvre.

Enfin, l’accord est d’application directe pour les entreprises concernées ; il est conclu pour une durée indéterminée.
 


par : Hakim EL FATTAH




 

Commentaire sur l'articleRéponse(s) à l'article



 
 
Retour à l'accueil de Dialogue social.fr

Institut du travail - Université Robert Schuman à Strasbourg

Université de Strasbourg

LOGO-DIRECCTE.gif