Recherche

  Articles contenants :
et
et


  Traitant du sujet :
  
  

Lettre d'information

Télécharger les lettres d'information  
Télécharger toutes les
lettres d'information


Recevoir la lettre d'information
par mail :

* champ obligatoire






captcha


Télécharger Adobe Reader
 


Motivations et intentions de départ

Enquête sur les motivations de départ à la retraite.

> article du 18-01-2011

Dans une enquête portant sur "les motivations de départ à la retraite" qui a mobilisé la CNAV, le COR, la DARES, la DG Trésor, la DREES et la DSS, 3 000 personnes ont été interrogées par téléphone en février et mars 2010, parmi les 678 000 nouveaux retraités résidant en France et qui ont liquidé leur retraite de droit direct au régime général (CNAV) entre le 1er juillet 2008 et le 30 juin 2009.

L'objectif à travers cette enquête est d'analyser les comportements de départ à la retraite des assurés, notamment au regard des dispositifs d'incitation à la prolongation d'activité (décote, surcote, cumul emploi-retraite, retraite progressive). 

Il apparaît, en premier lieu, que si l'âge moyen de liquidation est proche de 61 ans, pour les personnes interrogées, l'âge idéal de départ à la retraite est de 60 ans en moyenne. Mais en dépit de ce décalage, près de deux tiers des retraités sont partis à l'âge souhaité, selon l'enquête. 

Preuve que les dispostifs des préretraites bénéficient encore d'un ancrage culturel au sein d'une partie de la population, un retraité sur quatre pense qu'il est souhaitable de partir avant 60 ans. Chose qui sera de plus en plus difficile, étant donné le relèvement de l'âge légal de départ à la retraite (62 ans à l'horizon 2018), bien que des dérogations soient prévues (ex. le dispositif de départ anticipé à la retraite pour les salariés ayant eu des carrières longues).

L'enquête montre, par ailleurs, l'attachement des salariés à la retraite, puisque, trois nouveaux retraités sur quatre considèrent qu'ils en ont bénéficié dès qu'ils en ont eu la possibilité.

S'agissant plus précisément des motifs qui sont mis en avant par les salariés pour justifier leur départ à la retraite, on trouve, par ordre d'importance, le fait d'avoir atteint le taux plein (71% des nouveaux retraités), le désir de profiter de sa retraite le plus longtemps possible (68%) et le fait d'avoir atteint l'âge de 60 ans (51%).

Relativement au travail, les motifs le plus souvent évoqués par les retraités, l'enquête relève en ce qui concerne le poste occupé : l'absence de perspectives d'évolution, conditions de travail, pressions de l'employeur, licenciement ou mise à la retraite d'office, et plus généralement c'est la lassitude vis-à-vis du travail qui est stigmatisée. 

Parmi les motivations qui sont moins souvent citées par les retraités ayant participé à l'enquête, on signale les problèmes de santé (23%) ainsi que les projets personnels (suivre son conjoint 18%, obligations familiales 14%, autres projets 19%).

Enfin, la réforme des retraites adoptée en mois de novembre dernier, mais qui n'était au moment de l'enquête qu'un projet, aurait joué un rôle dans la décision de départ de 30% des nouveaux retraités. Ces derniers justifiaient leur décision par la peur d'une réduction de leurs droits.  

Par ailleurs, l'enquête indique que près de la moitié des nouveaux retraités avaient cessé de travailler avant la retraite. Ces personnes constituent une population assez hétérogène : chômeurs, invalides, bénéficiaires d'une préretraite ou anciens salariés qui n'ont plus exercé d'activité depuis longtemps. Néanmoins, d'après les données de la CNAV, les retraités qui n'étaient plus en emploi au moment où ils ont pris leur retraite sont, pour le plupart, partis avec le taux plein.

L'enquête a porté sur un autre aspect : le degré de connaissance par les nouveaux retraités des dispositifs et des notions liées à la retraite. Il apparaît que les notions les plus connues sont le taux plein (61% savent de quoi il s'agit) et le cumul emploi-retraite (57% savent de quoi il s'agit). La décote et la surcote (respectivement 33% et 25%) sont plus mal connues, au moins en ces termes.

Enfin, pour finir sur une note positive, l'enquête souligne que 22% des retraités ont déclaré qu'ils n'étaient pas partis dès qu'ils en avaient eu la possibilité, mais plus tard. L'intérêt de l'emploi et le désir de conserver le salaire sont les principales motivations de cette fraction de retraités.  

 

Source :  www.sante.gouv.fr/etudes-et-resultats,4001.html

 

 

   

 

 

 


par : Hakim El Fattah




 

Commentaire sur l'articleRéponse(s) à l'article



 
 
Retour à l'accueil de Dialogue social.fr

Institut du travail - Université Robert Schuman à Strasbourg

Université de Strasbourg

LOGO-DIRECCTE.gif