Recherche

  Articles contenants :
et
et


  Traitant du sujet :
  
  

Lettre d'information

Télécharger les lettres d'information  
Télécharger toutes les
lettres d'information


Recevoir la lettre d'information
par mail :

* champ obligatoire






captcha


Télécharger Adobe Reader
 


Retraite : Généralités

L'âge moyen de départ à la retraite devrait s'établir à 62,4 ans en 2020.

CEE, connaissance de l'emploi n°61, janvier 2009.

> article du 19-02-2009

L' âge de départ à la retraite, augmentera sensiblement à l'horizon 2020, avec ou sans passage à 41 annuités de cotisations, révèle le Centre d'études de l'emploi (CEE). Fondée sur un modèle de projection appliqué aux hommes relevant du régime général, l'étude indique que cette hausse, de l'ordre de deux années entre 2005 et 2020, fixerait l' âge moyen de départ à 62,4 ans à l'échéance 2020, alors qu'il est actuellement de 60,5 ans. Par ailleurs, précise l'étude, la réforme de 2003, qui fait passer le nombre d'annuités permettant de bénéficier du taux plein de 40 à 41, ne contribuerait, à elle seule, qu'à élever de six mois supplémentaires l' âge du départ en retraite.


Hors effet du passage à 41 ans de cotisations, l' âge de départ à la retraite devrait augmenter d'un an et demi entre 2005 et 2020. Jusqu'en 2012, précise l'étude, le relèvement de l' âge moyen de départ est plutôt vif : deux mois en moyenne par an pour atteindre 61,5 ans en 2012. Ensuite, cette dynamique à la hausse s'essouffle, avec une augmentation moyenne entre 2012 et 2020 d'un demi-mois par an, soit un âge moyen de départ en retraite fixé à 61,9 ans à l'horizon 2020.

Ce relèvement de l' âge de départ à la retraite résulte, en grande partie, de deux évolutions majeures, qui ont pour effet de diminuer la proportion des assurés de se prévaloir de la durée requise dès 60 ans :

- l'élévation au fil des générations de l' âge de fin d'études. Le passage de la scolarité obligatoire de 14 ans à 16 ans à la fin des années 1950 a donné sa pleine mesure entre la fin des années 1960 et le début des années 1970 ;

- la réforme des retraites de 1993, qui, certes, ne modifie pas explicitement l' âge minimum de départ à la retraite, toujours fixé à 60 ans, mais durcit les conditions d'ouverture d'une retraite sans pénalités, en faisant passer progressivement la durée d'assurance de 150 à 160 trimètres.

Le passage de 40 à 41 annuités de la durée requise pour un taux plein n'aurait que peu d'effets sur l'augmentation de l' âge de départ à la retraite. En 2012, cet âge s'élèverait d'un peu plus d'un mois. Ensuite, les effets de la mesure s'affirmeraient un peu plus, tout en restant limités, pour aboutir en 2020 à un recul de six mois. Ainsi à cet horizon, l' âge de départ à la retraite serait de 62,4 ans.
Deux facteurs principaux expliquent l'impact modéré de la réforme de 2003 sur l'allongement de la durée d'assurance.
D'une part, un phénomène de « vases communicants » avec les salariés partant à la retraite pour invalidité ou inaptitude : durcir l'accès à la retraite conduirait à grossir cette population.
D'autre part, l'allongement n'est pas contraignant pour toute la population, un certain nombre de salariés disposant à 60 ans, de la nouvelle durée d'assurance requise.
 


par : Tiphaine Garat




 

Commentaire sur l'articleRéponse(s) à l'article



 
 
Retour à l'accueil de Dialogue social.fr

Institut du travail - Université Robert Schuman à Strasbourg

Université de Strasbourg

LOGO-DIRECCTE.gif