Recherche

  Articles contenants :
et
et


  Traitant du sujet :
  
  

Lettre d'information

Télécharger les lettres d'information  
Télécharger toutes les
lettres d'information


Recevoir la lettre d'information
par mail :

* champ obligatoire






captcha


Télécharger Adobe Reader
 


Retraite : Généralités

Première étape du grand rendez-vous 2008 sur les retraites : bilan des rencontres bilatérales du 27 mars

> article du 04-04-2008

Le ministre du Travail, Xavier Bertrand a initié la réforme des retraites 2008 en rencontrant, le 27 mars dernier, les partenaires sociaux au cours de rencontres bilatérales.

Le ministre du travail a recueilli leurs propositions et transmettra une "première trame [de propositions] à la mi-avril", avec pour objectif de trouver des points de convergence. Suivra une nouvelle journée de bilatérales sur les grands orientations de la réforme. Xavier Bertrand a expliqué qu’un délai de 2 mois était raisonnable pour mener la concertation à son terme.

Pour l’instant, aucun syndicat ne soutient globalement le gouvernement. Les syndicats ont focalisé leurs critiques sur le passage de 40 à 41 ans de la durée de cotisation entre 209 et 2012, considéré comme "acquis par le gouvernement".

-  Medef : "les 41 ans ont été largement actés dans le acdre de la loi 2003 et il n’y a aucune raison de revenir sur cette disposition. C’est une mesure non discutable ni négociable", a déclaré Jean-René Buisson, en sortant de son rendez vous avec le ministe du Travail". "parmi les mesures courageuses", il faudrait que le départ à la retraite soit "plus tardif qu’aujourd’hui". "Aller à 61 ans nous paraîtrai une approche nécessaire". Le représentant du Medef a également insisté sur le développement du travail des seniors, estimamnt qu’il fallait "faire un effort particulier pour que les gens travaillent jusqu’à l’âge de la retraite", et ce, "y compris dans la Fonction publique, qui a beaucoup à faire dans le domaine". Mais d’après lui, un système de bonus-malus s’appliquant ux entreprises n’est pas "forcément la meilleure approche". Le Medef a par ailleurs, reconnu qu’il était "nécessaire de faire le lien avec les travaux pénibles" pour déterminer l’âge de départ en retraite.

-  CGPME : "Nous avons expliqué ce que nous souhaitions, y compris aller jusqu’à 41 ans de cotisations", a expliqué le président de la CGPME, jean-François Roubaud, à l’issue de sa rencontre avec Xavier Bertrand. La CGPME essaye de faire des propositios pour augmenter la mise en place du travail des seniors dans les entreprises. "Nous en avons besoin dans les PME. Je pense que les dispositifs ne fonctionnent pas actuellement". Afin d’y parvenir, on propose d’augmenter l’incitation pour que les seniors soient motivés pour rejoindre des emplois dans les entreprises". en revanches, la CGPME "n’a pas de demande spécifique pour que l’âge de la retraite soit augmenté au-delà de 60 ans".

-  UPA : "Il convient de pousuivre la réforme initiée en 2003 en privilégiant un allongement progressif et raisonnable de la durée de cotisation". L’UPA invite également " le gouvernement et les partenaires sociaux à faire de l’amélioration du taux d’emploi des seniors une véritable priorité de la réforme des retraites".

-  CFDT : "On ne se contentera pas de bonnes intentions ou de promesses, l’allongement de la durée de cotisation devra être déclenchée quand il y aura des résultats concrets, chiffrés, sur l’emploi des seniors", a déclaré Jean-Louis Malys. On pourrait imaginer un système qui fasse qu’à partir d’un certain taux d’emploi des seniors, on déclenche un allongement de durée de cotisation". par ailleurs, il a cité deux propositions de la CFDT pour financer le déficit des retraites à venir : "le transfert des éventuels excédents que l’Unedic va générer à partir de 2009-2010 vers les caisses de retraite" (qui représenteraient potentiellement "entre 3 et 4 milliards par an) et le doublmement d’une taxe sur le patrimoine et les placements financiers. D’autre part, il propose de revoir le type d’indexation des saiares portés aux comptes, au moment de la liquidation de la retraite. La CFDT considère qu’une indexation médiane, à partir de 2009, basée sur l’évolution des prix + 0.9% telle que la CNAV le propose, permettrait de stabiliser le taux de remplacement.

De son côté le secrétaire général de la CFDT a prévenu qu’un allongement à 41 ans de la durée de cotisation entre 2009 et 2012, avec le taux d’emploi des seniors actuel, ferait peser l’effort financier sur "seulement un tiers des salariés".

-  FO : "J’ai confirmé au ministre que nous n’accepterions pas le passage à 41 ans" de la durée de cotisation pour une retraite à atux plein, a indiqué le secrétaire général, Jean-Claude Mailly. Il a ajouté que FO se situait dans un esprit de mobilisation". Jean-Claude Mailly a pésenté au gouvernement des propositions pour augmenter les recettes de l’assurance vieillesse, notamment par un relèvement des cotisations er par la taxation des revenus aujourd’hui non assujettis aux cotisations. Fo ne fera pas de la question du transfert de cotisations de l’assurance chômage vers l’assurance vieillesse " un point de blocage".

-  CFTC : Jacques Voisin a regretté que le gouvernement se focalise sur l’allongement de la durée des cotisations, estimamnt que la seule question qui vaille", est celle du financement et de l’élargissement de l’assiette des cotisations pour l’assurance vieillesse, évoquant l’idée d’une taxation de la valeur ajoutée, des bénéfices, de l’intéressement et de la participation. Il a estimé par ailleurs que le gouvernement devait faire des propositions pour améliorer l’emploi des seniors et sur la épnibilité au travail.

-  CGT : Bernard Thibault a estimé avoir eu raison de programmer une mobilisation dès samedi 29 mars pour réclamer de "réelles négociations" sur les retraites peu avant de s’entretenir avec Xavier bertrand, jugeant possible que le gouvernement ait déjà pris des décisions. "La question a ce stade est de savoir ce qu’il reste encore à discuter ou si déjà les options du gouvernement sont retenues". POur la CGT, il y a plusieurs axes à défendre : assurer un autre niveau de retraite mais aussi conforter le droit au départ à 60 ans.

-  CFE-CGC : "Si nous ne sommes pas à 50% de taux d’emploi des seniors en 2010 comme le prévoit la stratégie de Lisbonne, c’est illusoire d’envisager une augmentation de la durée d’activité. C’est se moquer du monde à partir du moment où on n’est pas en capacité de maintenir dans l’emploi les seniors", a déclaré Bernard Van Craeynest, qui demande "la mise sous conditions" du passage à 41 ans de cotisations d’ici à 2012.


par : Tiphaine Garat




 

Commentaire sur l'articleRéponse(s) à l'article



 
 
Retour à l'accueil de Dialogue social.fr

Institut du travail - Université Robert Schuman à Strasbourg

Université de Strasbourg

LOGO-DIRECCTE.gif