Recherche

  Articles contenants :
et
et


  Traitant du sujet :
  
  

Lettre d'information

Télécharger les lettres d'information  
Télécharger toutes les
lettres d'information


Recevoir la lettre d'information
par mail :

* champ obligatoire






captcha


Télécharger Adobe Reader
 


Retraite : Généralités

La sécurité sociale : un anniversaire, des interrogations et des réflexions

> article du 17-06-2015

Mise à jour le 23 juin 2015

A quelques mois du 70ème anniversaire de l'ordonnance du 4 octobre 1945 ayant institué la sécurité sociale, il ne serait pas inutile dans un contexte où le discours dominant est focalisé sur "la crise" de cette institution, de s'interroger sur le sens même de l'idée de sécurité sociale, ses finalités, les principes à l’œuvre dans son évolution, ses dynamiques et ses logiques.

Dans cette perspective, l'ouvrage de Colette BEC, intitulé « La sécurité sociale. Une institution de la démocratie », publié l'année dernière aux éditions Gallimard, fait figure d'excellent outil d’éclairage en ce qu’il invite à « aborder la crise de la Sécurité sociale en des termes renouvelés », à travers une approche se situant aux antipodes des polémiques entourant généralement ce sujet. Alors que « des modèles alternatifs fondés sur des logiques marchandes prétendent se substituer à la Sécurité sociale », l’auteure propose de revisiter le programme politique à l’origine de la sécurité sociale.    

En interrogeant les fondements mêmes de la sécurité sociale, l’ouvrage de Mme BEC entraîne le lecture dans une réflexion profonde sur « la raison d’être de cette institution » qui « déborde largement la seule logique économique pour remplir une fonction sociale et politique majeure" et donne à voir les enjeux non seulement de la sécurité sociale mais plus globalement de la protection sociale « institution par laquelle se matérialise, dans l’indépendance, l’appartenance de chaque citoyen à une collectivité d’individus libres ».   

Parce qu’elle « fait les individus membres d’une société qu’ils doivent construire en même temps qu’elle les institue comme individus libres », la protection sociale « est consubstantielle à la démocratie, et ses dysfonctionnements, ses remises en cause, sa « crise » sont en grande partie ceux de la démocratie elle-même ».

L’objet de l’ouvrage de Colette BEC est d’analyser ces interactions et ces dynamiques en reconstituant « la généalogie intellectuelle et politique d’une institution qui se construit sur plusieurs décennies ». Pour ce faire, l’auteur a choisi de débuter son investigation à compter des années 1880, car c’est à partir de ce moment-là que des remises en question très fortes de la « philosophie libérale » d’auto-organisation se font jour et que la puissance publique se voit « investie peu à peu, malgré de très fortes oppositions, de la tâche de transformer la société, de l’amener vers un avenir meilleur ».     

Par ailleurs, la revue Vie sociale revient dans son dernier numéro sur les origines de la Sécurité sociale, sa construction (notamment avec deux textes peu connus de Pierre Laroque), rappelle son évolution jusqu’aux années 1990, puis analyse les infléchissements qui tendent à faire passer de l’État providence à un État d’investissement social, permettant le soutien des bénéficiaires tout au long de leur vie, et en particulier, de façon préventive.

Ce numéro de la revue Vie sociale est consultable ici


par : Hakim EL FATTAH


Documents jointsDocuments joints




 

Commentaire sur l'articleRéponse(s) à l'article



 
 
Retour à l'accueil de Dialogue social.fr

Institut du travail - Université Robert Schuman à Strasbourg

Université de Strasbourg

LOGO-DIRECCTE.gif