Recherche

  Articles contenants :
et
et


  Traitant du sujet :
  
  

Lettre d'information

Télécharger les lettres d'information  
Télécharger toutes les
lettres d'information


Recevoir la lettre d'information
par mail :

* champ obligatoire






captcha


Télécharger Adobe Reader
 


Retraite : Généralités

Etude CNAV : espérance de vie différenciée des retraités du régime général

Cadr'@ge, n° 18, mars 2012.

> article du 02-03-2012

Dans une étude publiée en mars, la Caisse nationale d'assurance vieillesse s'est penchée sur l'espérance de vie des retraités du régime général selon le type de pensions.

Comme on pouvait s'y attendre, l'espérance de vie diffère nettement selon le type de pensions. Ainsi, pour la période 2007-2009, elle est de 22,7 ans pour les hommes de 60 ans percevant une pension normale contre 16,6 ans pour les ex-invalides et de 17,6 ans pour les inaptes. Pour les femmes, l'écart est de moindre ampleur : 27,9 ans pour les pensions normales contre 23,1 ans pour les ex-invalides et 23,7 pour les femmes inaptes. 

En moyenne, les titulaires d'une pension d'ex-invalides ont une espérance de vie à 60 ans jusqu'à 6 années inférieure à celle des titulaires d'une pension normale. 

Cette différence s'explique par "un état de santé au moment de la retraite plus précaire que la moyenne, le fait générateur d'une pension pour invalidité délivrée par l'Assurance maladie étant un accident ou une maladie". 

En termes d'évolution, l'espérance de vie des retraités du régime général à 60 ans a progressé de 2,3 ans entre 1990-1991 et 2007-2009 pour les femmes et de 2,9 ans pour les hommes.

Si l'espérance de vie à 60 ans des ex-invalides a crû entre 1990 et 2009 dans des proportions comparables à celles du régime général (soit 2,6 ans pour les hommes et 1,8 an chez les femmes), il en est autrement des inaptes dont l'espérance de vie a progressé, depuis 1990, de 1,2 an chez les hommes et de 1,3 an chez les femmes.

Ces inégalités se traduisent par des durées de versement de la retraite différentes. L'augmentation progressive de l'âge légal de départ à la retraite de 60 à 62 ans "pourrait contribuer à accentuer ces inégalités", estime la CNAV.

Pour parer à cette éventualité, le législateur de 2010 a introduit dans le droit positif, un dispositif de départ à la retraite anticipé pour pénibilité. Ce dernier pourrait, selon la CNAV, se substituer en partie à la catégorie des ex-invalides et inaptes. 

 

Source : CNAV

 


par : Hakim El Fattah




 

Commentaire sur l'articleRéponse(s) à l'article



 
 
Retour à l'accueil de Dialogue social.fr

Institut du travail - Université Robert Schuman à Strasbourg

Université de Strasbourg

LOGO-DIRECCTE.gif