Recherche

  Articles contenants :
et
et


  Traitant du sujet :
  
  

Lettre d'information

Télécharger les lettres d'information  
Télécharger toutes les
lettres d'information


Recevoir la lettre d'information
par mail :

* champ obligatoire






captcha


Télécharger Adobe Reader
 


Retraite : Généralités

Etude INSEE : L'espérance de vie s'accroît, les inégalités sociales face à la mort demeurent

Insee Première N°1372 - octobre 2011

> article du 26-10-2011

L'augmentation de l'espérance de vie¹ n'efface pas totalement les inégalités sociales existantes entre les cadres et les ouvriers. 

Une étude de l'Institut national de la statistique et des études économiques fait le point sur l'évolution de l'espérance de vie observée depuis 25 ans. En se fondant sur l'échantillon démographique permanent², elle indique qu'à 35 ans, une femme peut espérer vivre en moyenne encore 49 ans et un homme 43 ans, dans les conditions de mortalité observées en 2000-2008 en France métropolitaine.

Elle montre qu'en un quart de siècle, les femmes de 35 ans ont gagné 4,4 ans d'espérance de vie et les hommes 5,0 ans. Mais derrière ces moyennes qui montrent une nette progression, l'INSEE souligne que l'évolution de l'espérance de vie est plus ou moins positive en fonction de la catégorie sociale. Ainsi, l'espérance de vie d'une femme cadre de 35 ans est de 52 ans tandis que celle d'une ouvrière n'est que de 49 ans. De leur côté, les hommes cadres de 35 ans peuvent espérer vivre encore 47 ans et les hommes ouvriers 41 ans. 

Les disparités entre les cadres et les ouvriers se vérifient également, selon l'INSEE, à travers le risque de mourir précocement, puisque, en effet, un homme de 35 ans, soumis toute sa vie aux conditions de mortalité observées en 2000-2008 en France métropolitaine, a 13% de risque de mourir avant 60 ans s'il est ouvrier, contre 6% s'il est cadre (respectivement 5% et 3% pour une femme).

Ces écarts qui se maintiennent de façon stable, depuis 25 ans, s'expliquent en partie par le fait que les cadres ont moins d'accidents, de maladies ou d'expositions professionnelles que les ouvriers et des modes de vie favorisant une bonne santé. 

 

L'étude est consultable dans "documents joints" et sur le site de l'INSEE          

 

 

¹ L'espérance de vie à la naissance (ou à l'âge 0) représente la durée de vie moyenne - autrement dit l'âge moyen au décès - d'une génération fictive soumise aux conditions de mortalité de l'année. Elle caractérise la mortalité indépendamment de la structure par âge.

Elle est un cas particulier de l'espérance de vie à l'âge x. Cette espérance représente, pour une année donnée, l'âge moyen au décès des individus d'une génération fictive d'âge x qui auraient, à chaque âge, la probabilité de décéder observée cette année-là au même âge. Autrement dit, elle est le nombre moyen d'années restant à vivre au-delà de cet âge x (ou durée de survie moyenne à l'âge x), dans les conditions de mortalité par âge de l'année considérée (Définition INSEE). 

² L’Échantillon démographique permanent (EDP) regroupe des données d’état civil (dont les décès) et de recensements et ce pour 1/100e de la population. Il permet de suivre la mortalité des personnes au fil du temps en fonction de leurs caractéristiques sociodémographiques
observées aux recensements
(Définition INSEE).


par : Hakim El Fattah




 

Commentaire sur l'articleRéponse(s) à l'article



 
 
Retour à l'accueil de Dialogue social.fr

Institut du travail - Université Robert Schuman à Strasbourg

Université de Strasbourg

LOGO-DIRECCTE.gif