Recherche

  Articles contenants :
et
et


  Traitant du sujet :
  
  

Lettre d'information

Télécharger les lettres d'information  
Télécharger toutes les
lettres d'information


Recevoir la lettre d'information
par mail :

* champ obligatoire






captcha


Télécharger Adobe Reader
 


Pénibilité et conditions de travail : Généralités

Près de la moitié des salariés subissent une contrainte posturale ou articulaire au travail.

> article du 01-03-2006

Selon l’enquête SUMER 2003, près d’un salarié sur deux (48%)subit au cours de son travail au moins une contrainte posturale ou articulaire qui peut être jugée "lourde" [1], soit 8,4 millions de personnes.

Les contraintes posturales lourdes se répartissent en trois grandes familles :

-  Les situations fatigantes
-  Les postures pénibles
-  Les contraintes cervicales

Près d’un salarié sur trois (32%), soit 5,3 millions, est exposé à des situations fatigantes plus de 20 heures par semaine : piétinements et fréquents déplacements à pied, position debout prolongée, gestes répétitifs à cadence élevée.

Par ailleurs, un salarié sur cinq est confronté à des postures pénibles(21%), soit 3,7 millions de salariés : ils travailent plus de deux heures par semaine à genoux, les bras en l’air ou dans une position accroupie ou en torsion.

Enfin, un salarié sur dix est exposé à des contraintes cervicales (10%), c’est-à-dire le maintien d’une position fixe de la tête et du cou plus de 20 heures par semaine, soit 1,8 millions de salariés. Ces contraintes découlent principalement du travail sur écran, en général sur un ordinateur : 75% des personnes ayant une position fixe de la tête et du cou travaillent sur écran.

Les contraintes posturales ou articulaires sont fréquemment associés à d’autres nuuisances (expositions aux produits chimiques, aux contraintes thermiques, aux contraintes organisationnelle ou aux contraintes de rythme fort).


Notes :

[1] Les « contraintes lourdes » ont été définies à partir de seuils de durée au-delà desquels l’exposition à un type de contrainte peut être considérée comme un facteur de risque significatif pour la santé du salarié


par : DARES, Premières synthèses, n°11.2, mars 2006




 

Commentaire sur l'articleRéponse(s) à l'article

Soyez le premier à déposer un commentaire




 
 
Retour à l'accueil de Dialogue social.fr

Institut du travail - Université Robert Schuman à Strasbourg

Université de Strasbourg

LOGO-DIRECCTE.gif