Recherche

  Articles contenants :
et
et


  Traitant du sujet :
  
  

Lettre d'information

Télécharger les lettres d'information  
Télécharger toutes les
lettres d'information


Recevoir la lettre d'information
par mail :

* champ obligatoire






captcha


Télécharger Adobe Reader
 


Egalité professionnelle et non discrimination : Généralités

Recrutement des femmes et des hommes : des critères de sélection différenciés

> article du 18-05-2021

 

De manière générale, les recruteurs s’appuient sur des critères identiques pour le recrutement des femmes et des hommes. Or, lorsqu’il s’agit d’une candidate, l’ordre avec lequel ces critères sont cités diffère. Cette différenciation semble être en partie liée à la ségrégation professionnelle sexuée des emplois. Tels sont les principaux résultats de l’enquête de la Dares Offre d’emploi et recrutement (Ofer) menée entre mars et juin 2016 auprès de 8 510 employeurs et publiée le 12 mai 2021[1].

  • Les recruteurs semblent plus exigeants à l’égard des candidats féminins

Selon la Dares, quatre critères sont principalement cités par les recruteurs, à savoir l’expérience (à 12%), la motivation (10%), la compétence (9%) et la disponibilité (7%). Lorsque qu’une femme a été recrutée, les critères relevant de la compétence sont cités 1,2 fois plus souvent par les employeurs pour la sélection finale du candidat (dans 26,4 % des cas pour les femmes, contre 22,3 % pour les hommes). À l’inverse, pour les recrutements masculins, la motivation est le premier critère cité.

Globalement, en se basant sur le nombre de critères cités, « les recruteurs apparaissent un peu plus exigeants à l’égard des candidates ». Il ressort, en effet, qu’un seul critère est signalé dans 26 % des recrutements d’hommes, contre 19 % de ceux des femmes. À contrario, trois critères sont mentionnés pour 42 % des embauches masculines, contre 49 % des recrutements féminins.

S’agissant des thèmes de sélection[2], l’enquête révèle que les collaboratrices sont davantage choisies pour leurs qualités personnelles que les hommes : le thème de sélection du savoir-être est plus couramment évoqué. Pour les hommes, les employeurs évaluent plus souvent les thèmes du sérieux, de la capacité de travail, du comportement mais aussi du potentiel.

D’après la Dares, les critères de la sélection finale ne reflètent pas seulement les qualités supposées des candidats mais résultent aussi des attendus du poste proposé et des préférences du recruteur.

  • Critères de sélection différents : l’effet « métier »

« La ségrégation professionnelle sexuée demeure en France, même si elle a régressé au cours de la période récente », note la Dares. A travers de l’enquête, elle cherche à identifier dans quelle mesure les critères d’embauche varient selon le métier considéré. Cette analyse conduit à distinguer quatre classes de métiers selon les critères de sélection retenus par les employeurs. Les « métiers techniques » et les « métiers manuels » recensent davantage un public masculin (respectivement 59 % et 71 % d’hommes), contrairement aux professions « d’aide à la personne » et « de contact avec le public » qui sont à prédominance féminine (respectivement 68 % et 64 % des cas).

Pour les recrutements sur un « métier technique », les critères de sélection les plus cités par les recruteurs sont le potentiel et la rémunération. À des métiers « manuels », sont le plus souvent associés des critères évoquant le courage et la capacité physique. Quant aux métiers « d’aide à la personne », les critères privilégiés sont la carte professionnelle, la qualification et le diplôme. Pour les professionnels en « contact avec le public », les qualités les plus souvent recherchées par les recruteurs sont le sourire et l’accueil.

  • Critères de sélection différents : le biais du recruteur

L’enquête révèle qu’à caractéristiques du poste et de l’établissement comparables, les recruteurs de sexe féminin embauchent davantage de femmes que les recruteurs de sexe masculin (51 % contre 41 %). Enfin, les recruteurs qui ont embauché une femme sont plus souvent satisfaits de leur choix : 84% d’entre eux déclarent qu’ils recruteraient la même personne si c’était à refaire, contre 78% lorsqu’ils ont embauché un homme.

Vous trouverez, ci-après, l'intégralité de Dares Analyses (N ° 21), Hommes, femmes : mots d’emploi. Les critères de sélection lors du recrutement diffèrent-ils selon le sexe des candidats ?, Mai 2021.

 

 



[1] Son champ couvre l’ensemble des établissements d’au moins un salarié du secteur concurrentiel non agricole ayant eu au moins un jour d’activité en 2015 en France métropolitaine ou dans les Drom et ayant recruté un « nouveau » salarié en CDI ou en CDD de plus d’un mois entre le 1er septembre et le 30 novembre 2015. La base de sondage de l’enquête est constituée d’un appariement de deux fichiers, celui des Déclarations préalables à l’embauche (DPAE) de l’Agence centrale des organismes de sécurité sociale (Acoss) qui recense les embauches de salariés relevant du régime de la Sécurité sociale2 et celui du répertoire d’établissements Sirene de l’Insee.

[2] Ces thèmes ont été constitués par proximité sémantique à partir des critères plus souvent cités dans les recrutements des femmes que des hommes d’une part et ceux plus souvent cités dans les recrutements des hommes que des femmes d’autre part.


par : Evdokia Maria Liakopoulou




 
 
Retour à l'accueil de Dialogue social.fr

Institut du travail - Université Robert Schuman à Strasbourg

Université de Strasbourg