Recherche

  Articles contenants :
et
et


  Traitant du sujet :
  
  

Lettre d'information

Télécharger les lettres d'information  
Télécharger toutes les
lettres d'information


Recevoir la lettre d'information
par mail :

* champ obligatoire






captcha


Télécharger Adobe Reader
 


Le rapport annuel d'Equileap sur l’égalité des sexes au travail : des progrès notables, mais encore insuffisants

> article du 11-03-2021

 

Le 4 mars 2021, le cabinet Equileap (principale organisation fournissant des données sur l'égalité des genres dans le secteur des entreprises) a rendu son rapport annuel sur « l'égalité des sexes au travail ». Pour établir ce dernier, le cabinet a recueilli des données sur plus de de 3700 entreprises dans 23 pays développés, tout en prenant en compte l’impact de la crise sanitaire sur la situation des femmes dans le monde.

 

 

  • Les femmes plus touchées que les hommes par la crise sanitaire

 

D’après l’étude menée par Equileap, la crise sanitaire s’est traduite par deux grandes tendances en entreprise.

 

  • L’une négative : Au Royaume-Unis, l’impact économique des mesures de confinement a conduit à la suppression temporaire de l’obligation pour les grandes entreprises de divulguer les écarts de rémunération entre les genres.

 

  • L’autre positive : Il ressort des études menées que les pays comme la Nouvelle-Zélande ou la Norvège où les femmes sont à la tête de l'État, sont ceux ayant enregistré les taux de mortalité et d'infection les plus faibles.

 

 

Mais les mesures de confinement ont aussi eu un impact direct sur les foyers : le rapport Equileap souligne tout d’abord une hausse des violences conjugales notable depuis le début de la crise sanitaire, mais aussi une tendance tendant à ce que les femmes assurent la plupart des responsabilités liées à l’éducation des enfants et au ménage. Face à ce constat, mais aussi à la fermeture des structures d’accueil pour les enfants, une femme sur quatre a envisagé de réorienter sa carrière ou de quitter le marché du travail en 2020.

 

 

  • Des mesures adoptées en faveur de l’égalité des genres en entreprise en 2020

 

En dehors de la crise sanitaire et en comparaison avec les études qui avaient était menées en 2017, le rapport rendu par Equileap met en avant les nombreuses mesures prises en faveur de l’amélioration de la situation en matière d’égalité des genres en entreprises en 2020.

 

  • En Allemagne et aux Pays-Bas, on retrouve un renforcement des quotas de femmes dans les conseils d'administration.

 

  • Le Nasdaq a proposé que les sociétés cotées sur son marché comprennent au moins une femme dans leur conseil d'administration.

 

  • En France et en Islande, des réformes ont été menées quant au congé parental partagé.

 

 

 

 

 

 

  • Un chemin encore long à parcourir pour atteindre une égalité des genres absolue en entreprise

 

En dépit de ces évolutions, l’équilibre entre les genres en entreprise n’est pas encore atteint. Ce constat se traduit tout particulièrement en matière d’écart de rémunération, c’est-à-dire concernant la différence entre les salaires moyens de toutes les femmes et de tous les hommes dans une même entreprise. Aujourd’hui dans le monde, les femmes sont toujours moins payées que les hommes à hauteur de 23%, et seules 15 entreprises dans le monde sont parvenues à combler leur écart de rémunération entre les salaires des employés masculins et féminins (ce qui équivaut à un écart de rémunération non-ajusté de 3 % en moyenne). D’après les études menées sur le sujet, une égalité salariale ne pourra pas être atteinte dans le monde avant 2069.

 

D’autres exemples illustrent les écueils en matière d’égalité des genres dans le monde du travail : de nombreux états tels que le Canada, les Etats-Unis, ou encore l’Australie prévoient un congé parental payé très limité, voire inexistant. Il est aussi à noter qu’en dépit du mouvement MeToo, la moitié des entreprises dans le monde n'ont toujours pas publié de politique contre le harcèlement sexuel en 2020. Il est tout de même possible de relever qu’en janvier 2021, 14 entreprises dans le monde disposaient d'un signal d'alarme actif sur le harcèlement sexuel ou la discrimination fondée sur le sexe.

 

 

  • Bilan mitigé pour la France

 

Le constat posé par Equileap montre que les pays dotés d'une législation forte en matière d'égalité des genres ont tendance à obtenir de meilleurs résultats que celles dont la réglementation nationale est faible : ainsi, les meilleurs résultats en matière d'égalité des sexes sur le lieu de travail sont obtenus par la France (51 %), l'Espagne (49 %), la Suède (47 %) et le Royaume-Uni (46 %).

 

L’Union nationale interfédérale des œuvres et organismes privés sanitaires et sociaux (l’Uniopss) précisait au sujet des résultats de l’étude Equileap que « s’il faut se féliciter que s’agissant de l’emploi, la France présente le meilleur score en termes d’égalité de genre, dans le même temps, cette étude montre qu’aucune des grandes sociétés françaises n’est parvenue à combler le “gap” salarial [c’est à dire l’écart de rémunération] entre les femmes et les hommes ».

 

A ce titre, l’épidémie de la Covid-19 a permis de mettre en avant « de nombreux emplois principalement occupés par des femmes [soit] près de 90 %, les métiers du médico-social et du social ». Toutefois, des actions découlant de cette reconnaissance sont toujours attendue en termes d’écart de salaire.

 

Si des améliorations notables sont constatées en France, de nombreux efforts doivent encore être mis en œuvre pour parfaire l’égalité professionnelle en entreprise.

 

 

 

A l’occasion de la journée des droits de la femme, une sélection d’ouvrage a été effectuée par la bibliothèque de l’Institut du travail de Strasbourg, qu’il vous sera possible de consulter sur place.  


par : Aurore KAWECKI


Documents jointsDocuments joints




 
 
Retour à l'accueil de Dialogue social.fr

Institut du travail - Université Robert Schuman à Strasbourg

Université de Strasbourg