Recherche

  Articles contenants :
et
et


  Traitant du sujet :
  
  

Lettre d'information

Télécharger les lettres d'information  
Télécharger toutes les
lettres d'information


Recevoir la lettre d'information
par mail :

* champ obligatoire






captcha


Télécharger Adobe Reader
 


L'UES Eiffage Energie s'engage en faveur de l'égalité professionnelle

> article du 27-10-2020

Le 28 septembre 2020, un accord relatif à l’égalité professionnelle a été conclu par l’unité économique et sociale (UES) Eiffage Energie (principale entité de la branche Energie Systèmes du groupe Eiffage) avec les organisations syndicales CFDT, CFE-CGT, CGT et FO. Cet accord, conclu pour une durée de 4 ans, prévoit d’améliorer la féminisation de l’entreprise, et fixe à ce titre un taux de 15% de femmes à atteindre au sein de l’effectif d’ici le terme de l’accord.  

 

Le texte s’articule autour de six axes principaux :

  •            L’embauche
  •            La formation
  •            L’évolution professionnelle
  •            La rémunération
  •            L’hygiène
  •            La santé
  •            Les conditions de travail
  •      L’articulation entre l’activité professionnelle et l’exercice de responsabilités familiales.

 

 

Thèmes et objectifs

 

Mesures pour atteindre l’objectif

 

 

Mixité des recrutements

 

Les signataires se sont engagés à parvenir à un taux de 15 % de femmes au sein de l’effectif total au terme de l’application de l’accord (soit 5% de plus qu’en 2018 et 2019).

 

      - Formation à la non-discrimination pour les équipes de recrutement et les managers qui opèrent un certain nombre de recrutement dans l’année

 

      - Diffusion des offres d’emploi sur divers canaux de recrutement pour élargir les candidatures

 

   - Elaboration d’actions d’information et de communication sur l’ouverture des métiers d’Eiffage Energie aux jeunes femmes auprès des établissements et organismes de formation partenaires

 

     - Développement de participation à des forums sur les carrières au féminin.

 

 

Evolution des carrières et prise en compte de la parentalité

 

Les signataires entendent parvenir chaque année à un pourcentage de femmes et d’hommes équivalent en matière de promotion professionnelle.   

 

 

      - Outils de la formation professionnelle (CPF, bilans de compétences, VAE, etc.) valorisés, en particulier dans les fonctions support (car la proportion de femmes y est plus importante).

 

-        - Possibilité pour la salariée occupant le même poste de travail depuis au moins 6 ans de demander à réaliser son prochain entretien professionnel avec les ressources humaines pour faire un point sur son évolution de carrière.

 

       - Programme de mentoring mis en place à titre expérimental (pendant la durée de l’accord) pour accompagner les salariées managers dans leur évolution de carrière.

 

        - Bénéfice d’un entretien professionnel avec le responsable hiérarchique pour les salariés en congés de longue durée pour raisons familiales (congé maternité, congé parental d’éducation, congé de présence parentale, congé d’adoption) pour examiner les conditions de leur retour à l’emploi (dans le mois qui suit leur retour, ou dès qu’ils en feront la demande).

 

 

Accès à la formation

 

Les signataires ont pour objectif de garantir un accès équitable à la formation aux deux sexes.

 

 

        - L’entreprise veille à organiser les formations sur les plages horaires habituelles des salariés et au plus près de leur lieu de travail, ainsi qu’à adresser les convocations 15 jours avant le début de la formation.

 

        - L’entreprise s’engage à développer le recours à la formation à distance, à prendre en charge les frais de garde des parents isolés d’enfants de moins de 16 ans ou en situation de handicap (dans la limite d’un forfait brut de 35 € pour chaque journée de formation nécessitant une nuit d’hôtel).

 

 

Conditions de travail

 

Les signataires ont pour objectif de lutter contre le harcèlement, les agissements sexistes et les violences.

 

         - Elaboration d’une fiche de missions dans les six mois suivant la signature de l’accord destinée à aider les référents dans les sociétés de moins de 250 salariés (qui doivent à ce titre être à l’écoute des salariés victimes).

 

      - Le référent membre suppléant du CSE pourra solliciter durant la première année d’application de l’accord, un temps dédié à sa prise de fonction dans la limite de 2 jours sur l’année.

 

      - Les responsables de chacun des établissements doivent veiller à ce que l’environnement de travail soit neutre.

 

        - La pose de RTT ou de jours de repos par anticipation sur une même année civile sera facilitée pour les salariés qui disposent de peu de jours de congés et qui ont des enfants à charge de moins de 16 ans.

 

 

 

 

 


par : Aurore KAWECKI


Documents jointsDocuments joints




 
 
Retour à l'accueil de Dialogue social.fr

Institut du travail - Université Robert Schuman à Strasbourg

Université de Strasbourg