Recherche

  Articles contenants :
et
et


  Traitant du sujet :
  
  

Lettre d'information

Télécharger les lettres d'information  
Télécharger toutes les
lettres d'information


Recevoir la lettre d'information
par mail :

* champ obligatoire






captcha


Télécharger Adobe Reader
 


Dernières publications

Rapport relatif à l'évaluations des risques professionnels dans les activités de soin et de décoration de l'ongle : Rapport d'expertise de l'ANSES

> article du 21-08-2018

Evaluation des risques professionnels exposés aux produits utilisés dans les activités de soin et de décoration de l’ongle : Avis de l’ANSES, Rapport d’expertise collective, octobre 2017

 

L’ANSES[1] vient de rendre public son rapport relatif à l’évaluation des risques des professionnels exposés aux produits utilisés dans les activités de soin et de décoration de l’ongle. Saisie le 23 mai 2014 par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé.

Cette enquête a été demandée suite à la possible présence de substances classées reprotoxiques et/ou perturbatrices endocriniennes (notamment le toluène) dans les produits utilisés par les professionnels de la cosmétique ongulaire.

 

Dans ce rapport l’ANSES détaille les différentes étapes de l’expertise réalisée, dont les travaux ont consisté à :

- décrire les métiers et les activités de soin et de décoration de l’ongle ;

- décrire les pathologies associées aux métiers et les produits et substances mis en cause ;

- décrire les expositions cutanées et atmosphériques aux produits et substances ;

- identifier les substances présentes dans la composition des produits et dans l’air de travail et prioriser les substances identifiées sur la base du danger

- émettre des recommandations concernant les substances et les produits utilisés, les moyens de prévention et de protection, la formation et l’information des travailleurs, le suivi médical, l’amélioration des connaissances et plus largement la sécurité chimique des produits cosmétiques et l’évaluation de l’exposition des professionnels du secteur du cosmétique.

 

Six cent quatre-vingt-seize substances ont été identifiées dans la composition des produits utilisés ou dans les atmosphères de travail, ce qui illustre la problématique de la multi exposition aux agents chimiques de ces professionnels.

 

En outre, l’ANSES a mis en exergue dans ce rapport les groupes de pathologies professionnelles les plus fréquemment diagnostiquées chez les travailleurs :

  • Les affections cutanées incluant principalement des dermatites allergiques de contact,
  • Les affections des voies respiratoires et ORL incluant principalement des asthmes,
  • Les céphalées,
  • Les troubles musculo-squelettiques incluant principalement des troubles liés à des postures assises prolongées et fréquentes et à des mouvements répétitifs de la main, du poignet ou de l'avant-bras.
  • Par ailleurs, des professionnels de santé auditionnés ont indiqué utiliser le tableau des maladies professionnelles n°82 (RG 82) « Affections provoquées par le méthacrylate de méthyle ».

 

Enfin, l’ANSES dresse un certain nombre de recommandations parmi lesquelles :

  • Renforcer la mise en oeuvre des principes généraux des mesures de prévention applicables en matière du risque chimique, afin de réduire au minimum le risque d’exposition à des agents chimiques dangereux
    • en concevant et en organisant des méthodes de travail adaptées ;
    • en substituant, en priorité, les substances chimiques entrant dans la composition des produits cosmétiques destinés aux activités de soin et de décoration de l’ongle et qui sont classées cancérogènes, mutagènes et toxiques pour la reproduction de catégorie 1A et 1B selon le règlement CLP ;
  • en remplaçant l’usage de produits dangereux par des produits moins ou non dangereux, en supprimant, par exemple, l’usage de produits conduisant à une exposition à des monomères (méth)acryliques (technique « résine », technique « gel », vernis semi-permanent) ;
  • en mettant en place des équipements de protection tels que des tables aspirantes ;
  • en mettant à disposition des équipements de protection individuels adaptés pour éviter l’exposition à des substances chimiques présentes dans les produits utilisés et visant notamment à protéger la peau et les yeux ; comme par exemples : le port et remplacement fréquent de gants en nitrile lors de l’usage de produits exposant à des monomères (méth)acryliques (technique « résine », technique « gel », vernis semi permanent)
  • en mettant en œuvre des dispositions assurant la sécurité lors de la manutention, le stockage et le transport des agents chimiques et des déchets contenant de tels agents (stockage dans des locaux dédiés, mise en poubelle des déchets, étiquetage et identification des produits reconditionnés…) ;
  • en mettant en oeuvre les règles d’hygiène appropriées telles que le lavage des mains avant et après chaque cliente, avant et après chaque repas ainsi que le nettoyage du matériel et du poste de travail avant et après chaque cliente ;
  • - de mettre en oeuvre des mesures pour que :
    • l’évaluation des risques des professionnels soit systématiquement prise en compte dans le cadre des évaluations de la sécurité chimique des ingrédients cosmétiques
    • les évaluations des risques pour les professionnels soient effectivement disponibles lors des contrôles réalisés auprès des personnes responsables de la mise sur le marché ;
    • de rendre obligatoire une formation diplômante harmonisée pour toute personne amenée à exercer une activité de pose de prothèses ongulaires, incluant un module sur la prévention des risques professionnels et les bonnes pratiques de travail ;

 

  •  de procéder à la révision du tableau RG82 des maladies professionnelles intitulé « Affections provoquées par le méthacrylate de méthyle » afin de l’étendre si possible à l’ensemble des méthacrylates ;

 

Force est donc de constater que l’ANSES préconise de mettre en place une politique multidirectionnelle de prévention des risques professionnels dans le secteur des activités de soins et de décoration de l’ongle. Celle-ci aura nécessairement un impact également sur les consommateurs de tels prestations.

 

Vous trouverez ci-après la Rapport complet d’expertise collective réalisé par l’ANSES.

 



[1] Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail

 


par : Khalida BENZIDOUN


Documents jointsDocuments joints

Télécharger le documentRapport ANSES octobre 2017



 
 
Retour à l'accueil de Dialogue social.fr

Institut du travail - Université Robert Schuman à Strasbourg

Université de Strasbourg

LOGO-DIRECCTE.gif