Recherche

  Articles contenants :
et
et


  Traitant du sujet :
  
  

Lettre d'information

Télécharger les lettres d'information  
Télécharger toutes les
lettres d'information


Recevoir la lettre d'information
par mail :

* champ obligatoire






captcha


Télécharger Adobe Reader
 


Egalité dans le travail : Discrimination liée à l'âge

L'âge est le premier facteur de discrimination à l'embauche.

> article du 12-12-2006

L’âge suivi de l’origine sont les critères les plus discriminatoires.

Selon une étude menée par l’entreprise de travail temporaire et de recrutement ADIA et Jean-François Amadieu, professeur en sciences de gestion à l’Université de Paris-I et directeur de l’Observatoire des discriminations, un candidat à un emploi de 48-50 ans reçoit trois fois moins de réponses positives pour un entretien d’embauche qu’un homme de 28-30 ans.

La méthode du testing

Ce premier baromètre sur les discriminations à l’embauche a été réalisé à partir de l’envoi de 6 461 curriculum vitae fictifs, de l’automne 2005 à l’autommne 2006, en réponse à 1340 offres d’emploi.

Pour chaque poste visé, plusieurs candidats sont envoyées : celle d’un candidat de référence, un homme de 28-30 ans, "français de souche" par ses noms et prénom, sans photo, et celles de cinq candidats susceptibles d’être discriminés en raison de l’âge (de 48 à 50 ans), du genre (femme), du nombre d’enfants à charge (trois), de l’origine (patronyme maghrébin), du handicap, et de l’apparence physique.

Comme l’a souligne Jean-François Amadieu, « les réponses positives aux candidatures envoyées permettent seulement d’être convoqués aux entretiens d’embauche. La discrimination se poursuit ensuite dans le cadre de ces entretiens. »

L’âge constitue la cause la plus fréquente de discrimination.

Dans le cadre de l’étude, les candidats âgés de 48 ou 50 ans ont 32% de chances d’être convoqués à un entretien d’embauche.

Avec seulement 14 % de réponses positives, les seniors cadres sont les plus discriminés, derrière les employés(22%), les professions intermédiaires (26%) et les ouvriers du même âge (50%).

Le secteur tertiare semble le plus réticent à proposer un entretien d’embauche à ces candidats seniors, avec 29%, suivi de près par l’industrie (31%).

Les entreprises de plus de 200 salariés envoient moins de réponses positives (11%) que celles employant entre 20 et 199 personnes (38%) et celles de moins de 20 salariés (33%).

A lire sur le site de l’observatoire des métiers

http://cergors.univ-paris1.fr/observatoiredesdiscriminationsfd.htm#resultats

-  Baromètre des discriminations 2006 - réalisée par Adia/ observatoire des discriminations - novembre 2006.
-  Discrimination à l’embauche. De l’envoi de CV à l’entretien - étude réalisée par Adia/Paris I-observatoire des discriminations - avril 2005 - extrait du reportage réalisé par envoyé spécial "le bon profil"
-  Enquête "testing" sur CV - étude réalisée par Adia/Paris I, observatoire des discriminations - mai 2004.


par : Tiphaine Garat


Documents jointsDocuments joints




 

Commentaire sur l'articleRéponse(s) à l'article



 
 
Retour à l'accueil de Dialogue social.fr

Institut du travail - Université Robert Schuman à Strasbourg

Université de Strasbourg

LOGO-DIRECCTE.gif